Archive for nouvelles technologies

L’industrie militaire

Posted in History, Math, Physics, Science with tags , , , , on August 20, 2009 by Abel Covarrubias

L’essor actuel pourrait faire croire qu’Israël a toujours été un pays d’innovation industrielle. Et pourtant, en 1965, les investissements dans la R&D ne représentaient même pas 1% du PIB, le niveau le plus bas des pays de l’OCDE à l’exception de l’Italie. L’économie israélienne n’a donc pas connu une lente transformation des industries « traditionnelles » en secteurs à forte valeur technologique.

Au contraire, le pays a directement concentré ses efforts sur les secteurs les plus en pointe de la haute technologie, s’attachant tout particulièrement à y développer les activités de R&D. Les premiers succès de celles-ci, réalisés dans le secteur militaire, ont permis à Israël d’accumuler un savoir-faire en matière de nouvelles technologies et de créer des passerelles entre le monde industriel et l’univers académique, facteur déterminant dans les politiques industrielles alliant science et technologie.

L’histoire des technologies de l’information en Israël a commencé avant même la création de l’Etat hébreu. En 1947, le Conseil du département des mathématiques appliquées de l’Institut Weizmann (actuel Institut Seiff), réunissant Albert Einstein, Hans Kramer, Robert Oppenheimer, John von Neumann et Abram Pais, a suggéré la création d’un ordinateur digital, faisant d’Israël le premier pays à se lancer dans l’informatique.

Cependant, la guerre de 1948 et les problèmes de sécurité ont rapidement orienté le développement dans une autre direction : tandis que l’Institut Weitzmann développait, à des fins scientifiques, trois générations de l’ordinateur « Golem », c’est la défense israélienne et la bureaucratie d’Etat qui sont devenues les principaux acteurs du développement de l’informatique en Israël.

Cette réorientation a débouché sur la création de RAFAEL, la haute autorité israélienne pour le développement de l’armement. Cet organe, le premier et pendant longtemps le seul en Israël à faire de la recherche technologique appliquée, avait commencé à utiliser des ordinateurs dès les années 1950. RAFAEL était organisé sur le modèle d’un institut universitaire plutôt que comme une entreprise publique.

Ses chercheurs étaient considérés comme des universitaires et jouissaient de tous les avantages des enseignants-chercheurs, entre autres d’une année sabbatique entière tous les sept ans, que la plupart d’entre eux passaient à l’étranger. De plus, RAFAEL finançait une formation universitaire en Israël et à l’étranger, proposant à ses employés une centaine de places dans les universités américaines les plus prestigieuses, comme le MIT ou Stanford. Après avoir obtenu un diplôme dans une université étrangère, les chercheurs de RAFAEL y retournaient souvent en tant que professeurs invités.

Outre le fait qu’il a été une importante source de diffusion du savoir et qu’il a généré de nombreux produits dérivés, RAFAEL a assumé deux fonctions dans le développement technologique du pays. Premièrement, il a été utilisé par l’Etat comme un centre d’incubation et de diffusion des innovations technologiques dans les organismes publics civils et militaires.

Deuxièmement, ses pères fondateurs ont été à l’origine de la politique industrielle mise en place ultérieurement. Dès le début des années 1950, un de ses départements a été entièrement transféré à l’Institut Weitzmann afin de lancer un nouveau programme de recherche – ce qui montre bien qu’à l’origine Israël se souciait beaucoup plus de l’excellence de ses chercheurs que de son propre développement industriel.

Ces investissements dans la recherche universitaire se sont avérés payants au moment du « décollage » de l’industrie informatique civile à la fin des années 1960 : c’est à Technion, l’école d’ingénieurs la plus réputée du pays, que s’est formé Uzia Galil, le fondateur du groupe Elron, devenu dans les années 1970 le leader des nouvelles technologies.

C’est aussi à Technion que Galil a recruté Avraham Suhami, co-fondateur d’Elscient, entreprise spécialisée dans la technologie d’imagerie médicale. Les premiers produits commercialisés par Elscient, et grâce auxquels elle a été la première société israélienne à être cotée à la Bourse américaine, étaient inspirés des travaux de Suhami à Technion.

Les technologies de l’information israéliennes

Posted in History, Math, Physics, Science with tags , , , , , , , on August 19, 2009 by Abel Covarrubias

Depuis les années 1990, les technologies de l’information israéliennes ont connu un succès spectaculaire, égalé uniquement par l’Irlande parmi les pays comparables, c’est-à-dire ceux qui ont été industrialisés tardivement et qui s’efforcent de « rattraper » les économies les plus avancées. Dans tous les secteurs liés aux nouvelles technologies – l’équipement informatique d’abord, les logiciels ensuite –, la recherche et le développement (R&D) sont devenus une activité commerciale de toute première importance.

Et les produits qu’ils génèrent contribuent largement à la balance des paiements du pays : en 1988, 59% des exportations industrielles consistaient en produits de haute technologie, taux qui s’est élevé jusqu’à atteindre 71% dix ans plus tard. Leur impact sur l’ensemble de l’économie israélienne est aussi considérable : en 2000, la seule industrie des technologies de l’information expliquait 70% de la croissance du PIB.

Ces chiffres témoignent de la réussite des programmes nationaux de développement et de l’entrée en bourse aux Etats-Unis de nombreuses entreprises israéliennes, qui ont suscité une activité entrepreneuriale sans précédent : entre 1990 et 2000, 400 nouvelles entreprises ont été créées chaque année en moyenne dans ce secteur, et le nombre de start-up à cette date est estimé entre 3500 et 4000, ce qui donne un ratio inégalé d’une entreprise nouvellement fondée pour 1500 habitants.

L’origine de ce succès remonte à la fin des années 1960, lorsque l’Etat israélien a abandonné la stratégie d’imitation technologique pour recentrer sa politique industrielle sur les activités de recherche. Les agences publiques de développement ont su créer une industrie nouvelle en utilisant la recherche scientifique existante et en mettant les nouvelles technologies au cœur de leur stratégie.

L’Etat a donc joué un rôle clé dans la transformation de l’économie israélienne, et ce, de deux manières : d’une part, il a encouragé la création d’une industrie locale à travers des programmes visant à adapter l’environnement économique aux besoins d’un secteur innovant et à stimuler la croissance de celui-ci ; d’autre part, il a créé un marché financier indispensable pour soutenir son développement.

L’instrument principal de cette stratégie, le bureau du directeur scientifique (Office of the Chief Scientist, OCS) au sein du ministère de l’Industrie et du Commerce, a également été d’une importance capitale pour développer et entretenir les ressources scientifiques dans le domaine des technologies de l’information. Cependant, tous ces programmes étaient sous-tendus par l’idée que les compétences nécessaires en matière de recherche existaient déjà en Israël, notamment dans le secteur militaire, et que le rôle de l’Etat consistait à les rediriger vers la recherche civile. Autre-ment dit, les politiques publiques ont permis non la création, mais la diffusion et le développement des technologies de l’information à travers l’économie israélienne.

En la luna de Babel

Blog sobre lenguas y traducción

Cold

The way revenge is best served; the way a war was fought; the way a story should be told.

PremAseem.com

A place for different dimensions of my thoughts

Luthierzebeth

Ve a través de mis ojos perdiéndote entre mis letras

Spoken Stories (Stories Hub)

TELL YOUR STORIES: life stories, love stories, any STORY!

Iceland, Defrosted

The story of one man’s obsession with the people, places and music of Iceland.

Rebecca's Book Blog

My book reviews

Dreams Dissolve

Beyond Your Tunnel Vision Reality Fades Like Shadows Into The Night

Minding The Truth

On God and the Christian Revelation

C.S. Janey, Author

Adult Romance Author

Le Carnet de Laura-Maï Gaveriaux

"La parole soulève plus de terre que le fossoyeur ne le peut." René Char

Sky Tillery (Alexa Chase) - Author

Just a girl following her dreams, one story at a time. Author of Paranormal, Contemporary Romance, Fantasy and Mystery novels

Jazmin Jade Reviews

Book reviews by Jazmin Jade, an unpublished author.

Heritage Malta

News and views from Heritage Malta

Writing Eudo the Wanderer

A story of magic, tyranny, and the human heart

Read the Gamut

spanning the spectrum of genre

В търсене на по-добрата страна на нещата

За мислите, които ме карат да се чувствам щастлива

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 363 other followers

%d bloggers like this: