On reading the Koran


http://ted.com/talks/view/id/1045

Lesley Hazleton sat down one day to read the Koran. And what she found — as a non-Muslim, a self-identified “tourist” in the Islamic holy book — wasn’t what she expected. With serious scholarship and warm humor, Hazleton shares the grace, flexibility and mystery she found, in this myth-debunking talk.

Advertisements

Le possibili conseguenze di linee d’azione alternative


Regarding the opus of Sir Isaac Newton’s legacy, this enormous corpus of Newton’s documents, papers, manuscripts, including his correspondence, which have survived reveals to us a person with serious qualities of mind, physique, and personality extraordinarily favorable for the making of a great scientist: tremendous powers of concentration, ability to stand long periods of intense mental exertion (some of his contemporaries had affirmed that he was able to concentrate in a problem about 17 hours of mental exercise without a break), and objectivity uncomplicated by any frivolous interests.

When Sir Isaac Newton came to maturity, circumstances were auspiciously combined to make possible major changes in ways of thought and endeavor on human beings. The uniqueness of Newton’s achievement could be said to lie in his exploitation of these unusual circumstances. He alone among his gifted contemporaries fully recognized the implications of recent scientific discoveries. With these as a point of departure, he developed a unified mathematical interpretation of the cosmos, in the expounding of which he demonstrated method and direction for future elaboration. In shifting the emphasis from “quality” to “quantity,” from pursuit of answers to the question “Why?” to focus upon “What?” and “How?,” he effectively prepared the way for the age of technology and modern science.

Onomasticon


This learned term comes from Greek. Onomasticon; from, onomastikon, onomastikona, meaning in Greek, “consisting on names.” It consists in a list of names, particularly of the proper names within a given culture as a philological aid to their meaning and etymology, as found for instance in Plato’s Cratylus. The Onomasticon of Julius Pollux from the second century A.D. is a ten-volumed lexicon containing the most important words related to a wide range of subjects (music, theater, politics, nature, crime, crime, reliogion, etc.) with short explanations, illustrated with quotations from ancient writers. It is suggested that Onomasticona were used in Wisdom writing, for example, Jb 28; 38-39; 41; Wisdom of Solomon 7:17-23; Sirach 43, etc. Each of these deals with knowledge of the wonders of nature. The Onomasticon of Eusebius, published about A.D. 328, is a treatise on the names and places of the Bible; it was translated into Latin by Jerome.

Social determinants


Since we are all now in the same global boat—inhabitants in the same global village—, it is essential for us to understand quite deeply our history as humanity struggling in this planet. Seeking unity of humankind—our relavant relationships with our neighbors and all peoples alike—, we must work in the noble task of comprehend the genesis and evolution of the dominant ideas of the modern world.

On the other hand, I do believe that it is indeed very demostrable that all thinking and all action are compromised by ignorance of what has gone before. Most of us love to believe that we live in a kind of timeless innocence, until something not good or ugly or, worst, lethal, happens to us. Then, I assume and believe these three social determinants are the guideposts or guiding principles in our age: (1) democracy—the search for the goverment from and through the people, (2) equality before the law—we’re all human beings, (3) the unity of the peoples of the world—e pluribus unum.

Work, work, work…


Working at the Harvard College Observatory at the turn of the 20th Century, Henrietta Leavitt developed the information about Cepheid stars that would make Edwin Hubble’s great discoveries possible. Noticing that these stars varied in brightness at consistent rate that they could be used to measure stellar distances. Applying this yardstick herself, Leavitt showed in 1912 that such variable stars had to be far outside our home galaxy.

She had become especially expert in the characteristics of these variable stars, whose luminosity dims and flares up in cycles, and eventually cataloged about twenty four hundred of them. Most important for Edwin Hubble’s research, she was very able to time the cycles of the Cepheids, By showing that the length of their cycles of luminosity varies in close relation to their brightness, Leavitt provided astronomers with a hitherto unknown celestial yardstick, a method of measuring the distance of stellar objects. If a nearby Cepheid with a certain cycle has a certain degree of luminosity, a remote Cepheid with the same cycle should have the same luminosity. The degree of its relative dimness, from our point of view on Earth, shows how far away it is.

As you can imagine, in this age when very few women were given opportunities in science, these women of the Harvard College Observatory were restricted to classifying celestial phenomena in photographic plates taken by male astronomers. It’s remarkable to notice that in this group of women were to seminal and original thinkers, such as Henrietta Leavitt and Antonia C. Maury. The latter classified stars by the width of the lines they produced on a spectrograph. All of these helped others to nail down the exact dimensions of the Milky Way.

Saturn’s E-ring


E-ring Saturn

The mote hoop lies about 13 million km (eight million miles) from the planet, some 50 times more distant than the other rings and in a different plane. Scientists think that the tenuous ring is probably made up of debris kicked off Saturn’s moon Phoebe by small impacts. They believe this dust migrates towards the planet where it is picked up by another Saturnian moon, Iapetus.

The discovery would appear to resolve a longstanding mystery in planetary science: why the walnut-shaped Iapetus has a two-tone complexion, with one side of the moon significantly darker than the other. “It has essentially a head-on collision. The particles smack Iapetus like bugs on a windshield,” said Anne Verbiscer from the University of Virginia, US.

Observations of the material coating the dark face of Iapetus indicate it has a similar composition to the surface material on Phoebe. The scale of the new ring feature is astonishing. Nothing like it has been seen elsewhere in the Solar System. The more easily visible outlier in Saturn’s famous bands of ice and dust is its E-ring, which encompasses the orbit of the moon Enceladus. This circles the planet at a distance of just 240,000 km.

The newly identified torus is not only much broader and further out, it is also tilted at an angle of 27 degrees to the plane on which the more traditional rings sit. This in itself strongly links the ring’s origin to Phoebe, which also takes a highly inclined path around Saturn. Scientists suspected the ring might be present and had the perfect tool in the Spitzer space telescope to confirm it.

The US space agency observatory is well suited to picking up the infrared signal expected from cold grains of dust about 10 microns (millionths of a metre) in size. The ring would probably have a range of particle sizes – some bigger than this, and some smaller.

Modelling indicates the pressure of sunlight would push the smallest of these grains towards the orbit of Iapetus, which is circling Saturn at a distance of 3.5 million km. The particles are very, very tiny, so the ring is very, very tenuous. Actually if anyone were standing in the ring itself, he or she wouldn’t even know it. In a cubic km of space, there are all of 10-20 particles.

Indeed, so feeble is the ring that scientists have calculated that if all the material were gathered up, it would fill a crater on Phoebe no more than a kilometer across. The moon is certainly a credible source for the dust. It is heavily pockmarked. It is clear that throughout its history, Phoebe has been hit many, many times by space rocks and clumps of ice.

Le déclin du mariage, un problème social ?


Les évolutions de la structure familiale américaine sont marquées, comme partout en Occident, par un relatif déclin de la nuptialité, la progression des divorces et de la monoparentalité. Recensé : James Q. Wilson, The Marriage Problem. How our Culture has Weakened Families, New York, HarperCollins, 2002, 274 p.

Célèbre criminologue conservateur, professeur de science politique à Harvard, James Q. Wilson voit dans la déchéance du mariage une des principales causes de l’aggravation des problèmes sociaux.

La thèse, ancienne, pourrait prêter à sourire si elle n’avait pas une influence directe sur les politiques sociales américaines.

Il n’en reste pas moins que le mariage reste valorisé, même chez les parents célibataires. On liste, dans le désordre, quelques-uns des principaux constats relevés par Wilson.

  • En 2000, la moitié seulement des ménages américains avaient à leur tête un couple marié, contre 78 % en 1950 et 61 % en 1980.
  • Parmi les familles ayant des enfants de moins de 18 ans, moins des trois quarts avaient à leur tête un couple marié en 2000. Cette proportion était de 93 % en 1950 et de 81 % en 1980.
  • La proportion de naissances hors mariage est passée de 12 % en 1970 à 18 % en 1980 et à plus du tiers aujourd’hui.
  • En 1963, 83 % des femmes âgées de 25 à 55 ans étaient mariées. En 2000, cette proportion est nettement inférieure aux deux tiers.
  • En 1960, un cinquième des enfants noirs vivaient avec leur mère isolée, sans leur père. Vers 2000, c’est le cas du cinquième des enfants blancs, et de plus de la moitié des enfants noirs.
  • Les trois quarts des maternités précoces (des naissances avant la majorité des mères) sont le fait d’adolescentes non mariées. Dans le cas des jeunes filles noires mineures qui ont des enfants, 90 % d’entre elles ne sont pas mariées.
  • Les parents célibataires sont trois fois plus nombreux que les parents mariés à connaître des problèmes de drogue et d’alcool.
  • La moitié des enfants qui vivent dans un ménage dirigé par une femme isolée sont en situation de pauvreté.

Face à cette situation, des responsables politiques, libéraux et conservateurs, en sont venus à promouvoir le mariage comme stratégie de lutte contre la pauvreté.

Des fonds ont été affectés à cette fin. Dans le cadre de la réforme du Welfare votée en 1996 sous l’ère Clinton, les États ont été incités à encourager la formation et le soutien des familles biparentales.

L’administration Bush a débloqué 300 millions de dollars pour soutenir le mariage (primes de mariage, cours de préparation au mariage, réduction des allocations en cas de naissances hors mariage, etc.).

Wilson se fait le champion du mariage pour revaloriser la famille, aujourd’hui fortement remise en question par l’individualisation des comportements et la privatisation des mœurs.

Par une formule, il résume les évolutions familiales des deux ou trois derniers siècles : auparavant l’individu appartenait à la famille, désormais la famille appartient à l’individu.

Chacun, dans ce contexte, peut donc faire ce qu’il veut en termes de comportements reproductifs et matrimoniaux, ce qui, pour Wilson, est une corruption morale fondamentale.

Désavantage social


La question de la démocratie qui nous est posée aujourd’hui, c’est au fond celle de savoir dans quelle mesure nous sommes aujourd’hui capables, pour reprendre une expression de Robert Castel, de continuer à former, ou de recommencer à former une société qui soit une « société de semblables ».

Une société de semblables, c’est-à-dire une société qui soit vraiment capable d’intégrer l’ensemble de ses membres, et qui se donne les moyens de contenir au maximum les inégalités.

Pour contribuer à la discussion sur cette question, je voudrais simplement ici proposer trois observations factuelles et une remarque épistémologique.

Les trois observations porteront sur des faits qui peuvent constituer aujourd’hui des sources de difficultés, des obstacles pour aller précisément dans ce sens, celui de la refondation d’une cité de semblables.

Pour que mon propos soit sans ambiguïté, il va de soi que j’adhère complètement et pleinement à cet objectif à la fois civique et politique.

Ma seule préoccupation est de m’arrêter sur des faits qui peuvent faire difficulté dans cette voie, et sur lesquels il faut par conséquent réfléchir.

Ces faits, ces observations, ne prétendent nullement être exhaustifs. Il y aurait certainement bien d’autres éléments à mentionner.

J’ai par contre délibérément choisi trois faits qui vont me conduire à me situer à des niveaux différents de la hiérarchie sociale.

Extension du domaine de désavantage social

Le premier fait est – malheureusement – d’une grande banalité : il s’agit de l’ampleur qu’a atteint, dans notre société, ce que l’on peut appeler le phénomène du désavantage social, le phénomène que représente l’existence de « groupes désavantagés ».

J’entends par là des groupes dont les membres sont en situation vulnérable, sont exposés au chômage, à la précarité, aux emplois durs et mal rémunérés, à la relégation dans certains cas…

Lorsque l’on regarde la société française telle qu’elle est aujourd’hui (et de ce point de vue, je suis profondément d’accord avec les critiques que Louis Chauvel n’a cessé de formuler, ces dernières années, contre la thématique de la moyennisation), on ne peut pas ne pas être frappé par l’étendue du phénomène et par le nombre de groupes qu’il affecte.

Il y a d’une part tout un pan des salariés d’exécution du secteur privé : ces ouvriers frappés, aujourd’hui plus que jamais, par le chômage, la marginalisation, le fait de travailler dans des entreprises en déclin, et plus largement par tout ce processus de détérioration de la condition ouvrière sur lequel, depuis plusieurs années déjà, des travaux de sociologues ont attiré l’attention ; ces salariés occupant, dans les services et le tertiaire, ce qu’il est convenu d’appeler les emplois peu qualifiés…

Tout un pan du salariat d’exécution du privé est aujourd’hui en situation de désavantage social.

Et par ailleurs, il y a les jeunes. Les jeunes de familles populaires, bien sûr, d’abord et avant tout, et notamment les jeunes issus de l’immigration.

Mais c’est aussi toute une partie des jeunes diplômés de l’université qui rencontre, aujourd’hui, on le sait, de grandes difficultés pour accéder à l’emploi, et qui n’y parvient que dans des conditions précaires, marquées par le déclassement…

De la politique de l’excellence aux inégalités intracatégorielles

La deuxième observation que je voudrais faire, pour me déplacer dans la hiérarchie sociale, concerne les catégories supérieures.

Il me semble qu’il y a aujourd’hui un trait assez largement commun à la culture d’une grande partie de ces catégories, en tout cas si l’on considère les fractions de ces catégories occupant des positions dirigeantes.

Cet aspect, c’est l’importance qu’a prise, dans ces catégories, la culture de l’excellence, de la performance, de la compétence. Au coeur de cette culture, il y a une idée qui concerne la gouvernance des entreprises et des organisations.

C’est l’idée qu’il faut aller vers une gouvernance qui, beaucoup plus qu’elle ne l’a fait jusqu’ici, valorisera la performance et l’excellence, individualisera les carrières offertes aux uns et aux autres, et ceci en fonction des performances, des compétences, des résultats obtenus par les uns et par les autres.

Il me paraît assez clair que cette conception de la gouvernance est aujourd’hui un élément central de la culture des catégories dirigeantes.

Une caractéristique de cette culture est qu’elle peut être tout à fait favorable, d’un côté, en tout cas sur le principe, à des mesures visant à lutter contre les inégalités et les discriminations liées à l’origine (par exemple à l’origine ethnique).

Mais d’un autre côté, elle est profondément favorable à l’introduction, dans les entreprises et les organisations, d’un surcroît d’inégalités en fonction du « mérite » et des performances.

Cette conception de la gouvernance est repérable, dès le début des années 1990, dans les évolutions qui affectent la gestion du personnel dans les entreprises privées, notamment dans les grandes entreprises.

Ce sont les politiques d’individualisation des rémunérations, qui se développent nettement à partir des années 1990. C’est l’apparition, dans les réflexions menées au sein du MEDEF, d’une philosophie de la gouvernance substituant la logique de la compétence à la logique de la qualification, etc.

Et ce qu’il faut aussi souligner, c’est que cette philosophie est aujourd’hui également repérable, de manière très claire, dans toutes sortes de politiques menées dans le secteur public.

Sans revenir d’ailleurs sur les mouvements récents à l’Université, il me semble, là encore, assez clair que cette conception de la gouvernance des organisations est la philosophie sur laquelle ont reposé une grande partie des réformes qui ont été menées depuis deux ans à l’Université et dans le monde de la recherche.

Une précision tout d’abord : je ne me dissimule pas que toutes ces questions sont compliquées. Je n’ignore évidemment pas que ce type de conception du fonctionnement des entreprises et des organisations, avec l’idée qu’il faut valoriser l’excellence, individualiser les trajectoires en fonction de l’évaluation des performances des uns et des autres, ne manque pas d’arguments.

Elle peut parfaitement se plaider et se défendre. Il n’empêche qu’on ne peut pas ne pas constater que si la mise en œuvre d’une telle philosophie devait se poursuivre, s’étendre et s’accentuer dans les prochaines années.

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, il y aurait là un facteur assez considérable de creusement et d’accentuation d’inégalités, non pas tant entre catégories sociales différentes mais entre membres d’une même catégorie.

Ces fameuses inégalités « intracatégorielles » sur lesquelles de nombreux économistes et sociologues ont réfléchi depuis une quinzaine d’années.

Il semble bien, en effet, qu’une des évolutions caractéristiques de notre société comme plus largement de nombreuses sociétés occidentales contemporaines est qu’aux inégalités sociales classiques, entre catégories sociales différentes.

S’ajoutent de plus en plus des inégalités « intracatégorielles », entre membres d’une même catégorie socio-professionnelle. Ces inégalités ont été très largement causées par l’éclatement et la diversification des statuts d’emploi.

Mais il saute aux yeux que la politique de l’excellence, des compétences, de la valorisation des performances et surtout de l’individualisation des trajectoires pourrait être à l’avenir un facteur extrêmement important d’accentuation des inégalités intracatégorielles, et donc aussi de remise en cause des solidarités au sein des groupes.

La tripartition de la conscience sociale dans les catégories modestes

Je descends maintenant, ce sera ma troisième observation, à des niveaux intermédiaires de l’espace social. Je ferai brièvement référence à une enquête que je mène depuis longtemps, pour m’arrêter sur l’un des constats auxquels elle m’a conduit.

Je travaille depuis plusieurs années sur les conducteurs des bus de la RATP en région parisienne, ceux qu’on appelle les machinistes, c’est-à-dire des gens dont on peut dire qu’ils sont à la frontière des catégories populaires et des classes moyennes salariées.

Dans la division sociale du travail au sein de leur entreprise, les conducteurs des bus de la RATP occupent une position subordonnée.

Ils sont en bas de la hiérarchie : même s’ils disposent d’une large autonomie dans la conduite de leur travail, ce sont des exécutants, qui mettent en œuvre des consignes et des tâches qui leur sont données par leur hiérarchie.

Avec comme conséquence que, comme beaucoup d’ouvriers et d’employés, beaucoup d’entre eux adhèrent spontanément à une représentation binaire de la société.

Fondée sur une opposition entre le haut d’une part – les dirigeants, les puissants, ceux qui possèdent l’instruction, la puissance, l’argent – et d’autre part ceux qui sont en dessous, les simples exécutants, les ouvriers, les employés, ceux dont ils estiment de manière générale faire partie.

De sorte que pendant assez longtemps, j’ai pensé retrouver chez eux tous un type de représentation sociale dont Richard Hoggart avait montré, dans des textes très connus, l’importance dans le monde des ouvriers et des classes populaires anglaises des années 1950 : une opposition entre « eux », ceux du haut, et « nous », ceux du bas, les exécutants.

Speaking languages


Trying to ponder some statistics and reflect beyond that in world affairs and languages, I may say that Cameroon is the 58th most populous country on the planet, home to 0.29 percent of the world’s population. This year, about 320,000 new citizens will be born there.

In Brazil, the world’s fifth most populous country, just over three million babies, are born each year. India is number two: 3,750 babies are born there per hour, 540,000 per week. Bangladesh, the world’s seventh most populous country, while its population of 163 million, 2.4 percent of world’s population. Iceland ranks number 175, with 0.005 percent, of the world’s population. That’s nothing; it ranks next to Vanuatu, Belize and the Maldives.

While Indonesia ranks number 4th, Pakistan number 6th, Bangladesh number 7th, Russia number 8th, Japan 9th and Nageria 10th, Mexico becomes the world’s eleventh most populous country.

Only two nations have more space than Icelanders, Namibia and Mongolia. In Iceland, three persons share every square kilometer on average, while in Namibia and Mongolia, every square kilometer is inhabited by only two persons on average.

As you already knew or experienced, language is a sheer tool to communicate, I think that the educational system here in Mexico as in Germany or in any other not-speaking-English country is too focused on English as second language.  Though it has its advantages, it’s wrong to focus only in one. It narrows the mind and the perspective.

Personally I think it’s so important that I speak French and little bit of German. But I would also like to learn Russian or Japanese. If I would be in Belarus this week with only my English to rely on, the prospects could be so hopeless.

I’d also like to learn even other languages for when I’m traveling in West Africa or in the Middle East. It’s hard to travel in Mali and Cameroon, only speaking English. Or Russia, or China, or South Korea, or Brazil.

Undoubtly English is a good language in some parts of the world but hopeless in most. At least in the places I love to visit, or would like to visit. The world is richer while traveling to narrow it in one privilaged-perspective.

The Golden Mean


The Golden Mean (or Golden Section), represented by the Greek letter phi, is one of those mysterious natural numbers, like e or phi, that seem to arise out of the basic structure of our cosmos.

Unlike those abstract numbers, however, phi appears clearly and regularly in the realm of things that grow and unfold in steps, and that includes living things.

The decimal representation of phi is 1.6180339887499…

The golden mean, Phi, has been applied in diverse situations in art, architecture and music, and although some have claimed that it represents a basic aesthetic proportion.

Others have argued that it is only one of a large number of such ratios. We review its early history, especially its relationship to the Mount Meru of Pingala.

We examine the successive divisions of 3, 7, and 22 in Indian music and suggest derivation from variants of Mount Meru. We also speculate on the neurophysiological basis behind the sense that the golden mean is a pleasant proportion.

In pure mathematics, an increase in size can be any imaginable number, even one like e or phi. But in the world of nature.

Things always grow by adding some unit, even if the unit is as small as a molecule. So it’s not surprising that phi turns out to be an ideal rate of growth for things which grow by adding some quantity.

Some examples:

The Nautilus shell (Nautilus pompilius) grows larger on each spiral by phi.

The sunflower has 55 (see number list) clockwise spirals overlaid on either 34 or 89 (see number list) counterclockwise spirals, a phi proportion.